Herping au Maroc 2018

En juin 2018, j'ai eu la chance d'aller au Maroc pour une semaine d'Herping avec l'association Atheris que je remercie encore énormément pour cette semaine extraordinaire.

L'Herping, pour les non-initiés, ça ne veut pas dire grand chose, en fait, c'est simplement un mot qui a été trouvé pour dire "d'aller chercher et observer les reptiles et amphibiens dans la nature".

Nous étions donc 7 passionnés venus au Maroc dans le but d'observer et photographier un maximum d'espèces différentes et nous n'avons vraiment pas été déçus.

Nous avons donc observé un total de 42 espèces de Reptiles et Amphibiens dont voici la liste :

Sauriens (20)
 

  • Acanthodactylus aureus  - Acanthodactyle doré

  • Acanthodactylus boskianus - Acanthodactyle de Bosc

  • Acanthodactylus pardalis - Acanthodactyle brun

  • Agama impalearis - Agame de Bibron

  • Chalcides manueli - Seps de Manuel

  • Chalcides ocellatus - Seps ocellé

  • Chalcides polylepis - Seps à écailles nombreuses

  • Chalcides sphenopsiformis

  • Chamaeleo chamaeleon - Caméléon commun

  • Eumeces algeriensis - Scinque algérien


 

Amphibiens (5)
 

Tortues (2)
 

  • Mauremys leprosa - Émyde lépreuse

  • Testudo graeca - Tortue mauresque du Maghreb

Pour ma part, j'ai 24 espèces que je peux vous présenter, pour les autres, soit je n'ai pas de photos potables, soit nous les avons observés de loin.

Pour cette fois je vais procéder différemment que sur les autres Reportages de Voyages.

Je vais présenter les photos espèce par espèce avec une petite présentation pour chacune d'elles, par ordre alphabétique.

Si vous désirez vous renseigner sur une espèce précise, vous n'avez qu'à cliquer sur son nom dans la liste, si il est écrit en jaune vous serez redirigé directement sur sa fiche espèce.

C'est parti !
 

   Barbarophryne brongersmai   

     Crapaud de Brongersma    

 

C'est un petit crapaud ne dépassant pas 5,1 cm de longueur. Il est reconnaissable grâce à ces glandes parotoïdes rondes à l'arrière de sa tête. Il a un museau relativement pointu et son corps a une apparence générale allongée.
 

Sa coloration est très variable, bien qu'en règle générale sa couleur de fond et beige-jaune parsemé de tâches vertes. 
 

Pour le dimorphisme sexuel, les femelles sont, en règle générale, plus grosses que les mâles. les mâles ont des verrues dorsales brunes, coniques et très marquées, tandis que les femmes en ont des plus clairs, plus petites et avec le bout arrondies. Au cours de la saison de reproduction, les mâles développent un sac vocal subgulaire (sous la gorge) et des callosités aux pattes avant favorisant les liens avec les femelles.
 

Il est souvent confondu avec Bufotes boulengeri que nous verrons juste après.

   Bufotes boulengeri   

    Crapaud vert d'Afrique du Nord    

 

Le Crapaud vert d'Afrique du Nord est un crapaud de taille moyenne qui atteint un maximum de 10,7 cm.

Il a une tête relativement grande qui comporte deux glandes parotoïdes ovales, grandes et parallèles. Les yeux sont verdâtres avec la pupille noire. Les tympans sont petits, ils sont en dessous des glandes parotoïdes et passent inaperçus.
 

Il a une apparence arrondie, en raison de son corps robuste et de ses membres courts. Sa peau est rugueuse et pleine de tubercules.
Il y a beaucoup de variations de couleur dans toute sa zone de distribution. Les taches varient du vert au brun foncé et parfois aussi au rouge. Le ventre est généralement de couleurs claires. Ils peuvent varier leur couleur par rapport à la chaleur et à la lumière dans une plus grande mesure que les autres crapauds. Cela change aussi tout au long du développement de l'individu, les juvéniles ont tendance à avoir des tubercules brun rougeâtre sur la face dorsale et latérale, tandis que chez les adultes cette coloration rougeâtre est beaucoup plus faible, chez les mâles, ou inexistante, chez la plupart des femelles. Certains spécimens ont une ligne de couleur claire au milieu de la zone dorsale.

En ce qui concerne le dimorphisme sexuel, les femelles sont légèrement plus grosses (différence beaucoup moins marquée que chez Bufo bufo) et les mâles ont un premier doigt plus fort. Les pattes postérieures sont proportionnellement plus grandes chez les mâles, dépassant les yeux si elles s'étendent vers l'avant, alors que chez les femelles elles n'atteignent que le bord postérieur des yeux. Pendant la période de reproduction, les mâles développent des callosités noires sur les trois premiers doigts de leurs mains. La coloration devient plus contrastée dans la période des chaleurs.

   Cerastes Cerastes   

   Vipère à cornes    

 

Elle n’est pas très grande, mesurant en moyenne entre 50 et 60 cm à taille adulte avec quelques records à 80cm.
La vipère à cornes est facilement identifiable grâce à ses cornes se situant juste au-dessus de ses gros yeux. Cependant, toute les vipères à cornes n'ont pas forcément de cornes, en effet, la taille de leurs cornes varient d'un individu à l'autre, jusqu'à être parfois totalement absente, ça reste pourtant la même espèce, et pas une sous-espèce particulière. (Vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous, à gauche, un jeune individu avec de grosses cornes et à droite un individu adulte avec des cornes toutes petites.)


Sa coloration jaunâtre et grise est marquée par des taches plus ou moins sombres. Cette coloration est adaptée à son milieu naturel, donc, si un individu vit dans une zone très sablonneuse, il n'aura pas la même couleur qu'un individu trouvé dans une zone rocailleuse. Le sable ayant une couleur différente selon les régions … plus ou moins beige, la vipère aura la même couleur que celle du sable sous lequel elle se camoufle pour lui permettre de chasser.

Son ventre est d’une teinte blanc / beige et parfois la pointe de sa fine queue est noire. Ses écailles sur les flancs sont fortement carénées (autant de détails que vous pouvez vérifier sur les photos suivantes).

Son alimentation est composée de rongeurs, d’autres reptiles comme les lézards ainsi que des oiseaux si elle peut en avoir l’occasion.

   Cerastes vipera   

   Vipère de l'Erg    

 

La vipère de l'erg est une petite vipère ne dépassant pas 50cm au maximum, et 30-35 cm en règle générale.
Les écailles sont fortement carénées, ce qui donne une apparence plus rugueuse, par rapport aux aux Cerastes cerastes. La couleur du corps est beige, brun à orange-rouge (Cette dernière est surtout observée dans la partie la plus occidentale de leur distribution). Il existe un dimorphisme sexuel facile à voir, les femelles ont la queue noire.

La vipère de l'erg se déplace grâce à des ondulations latérales, ne laissant sur le sable que des fines traces non reliées en forme de J lorsqu'elles sont rapides.

Elle se nourrit principalement de lézards (Acanthodactylus, Mesalina, Stenodactylus), mais aussi de petits rongeurs, en particulier pour les plus grosses femelles.

Cerastes vipera est un animal qui s'est spécialement adapté aux dunes de sables du Sahara où elle vit.  Elle a cependant une préférence pour les zones de désert avec de la végétation, où elle se cache sous les petits buissons ou à la lisière de terriers, cachée dans le sable, avec seulement les yeux et le nez hors du sable.

   Chamaeleo chamaeleon   

    Caméléon commun    

 

Le caméléon commun, est assez petit, entre 20 et 30 cm de longueur totale.
La langue est repliée dans une cavité dans la partie inférieure de la bouche et peut être projetée avec une grande précision et une vitesse vertigineuse à une distance aussi longue que la longueur totale de l'individu.
Il utilise donc cette langue à l’extrémité collante pour attraper ses proies (criquets, grillons, mais aussi parfois de très jeunes rongeurs).

La couleur de fond est très variable, pouvant changer à volonté de cette manière, les individus peuvent présenter du vert, du jaunâtre, du brun et même du bleuâtre ou du noir. En plus de la couleur dominante, apparaissent toujours deux lignes pointillées de jaune ou de brun et une série d'ocelles ou de taches, certaines blanchâtres et d'autres de couleur sombre.

Les variations de couleur sont une sorte de témoin de l’humeur du spécimen, des facteurs environnementaux, de l’état de reproduction et même du rang que chaque individu occupe par rapport à ses congénères. Ces changements sont effectués grâce à des cellules présentes dans la peau appelées chromatophores.

Son arme principale est de rester totalement immobile et de se fondre parfaitement dans l'environnement pour passer complètement inaperçu.

   Daboia mauritanica   

   Vipère de Mauritanie    

 

La vipère de Mauritanie est la plus grande vipère du Maroc, pouvant mesurer jusqu'à 180 cm de longueur totale, bien que la plupart des spécimens ne dépassent pas 130 cm (certains spécimens captifs ont atteint 240 cm).


Elle a une coloration variable bien que généralement de couleur grisâtre ou brune. Exceptionnellement certains individus ont des colorations très rougeâtres et des spécimens aux tons verdâtres sont également connus dans certaines régions. Pour la partie dorsale, le motif que l'on observe en général est un zig-zag sur toute la longueur du corps. Le contraste entre le zig-zag et la couleur de fond dépend des populations et de l’âge devenant absent chez certains individus (les spécimens les plus anciens ont généralement les couleurs les plus atténuées tandis que les juvéniles ont tendance à être plus contrastés).

C'est un serpent très difficile à débusquer dont les habitudes le font passer inaperçu. Cependant, il visite fréquemment des bords de cultures, de fermes et de zones humanisées où il rencontre souvent des êtres humains. L'agressivité de certains individus et la puissance de leur venin (la piqûre peut être mortelle pour l'homme) sont généralement connues des populations locales qui, à certains endroits, lorsqu'elles voient un spécimen, cherchent activement à le tuer.

     Serpent mangeur d’œufs du Sahel    

   Dasypeltis sahelensis   

C'est un serpent de petite taille, d'une taille moyenne de 50 cm.

Le corps et la tête sont légèrement différenciés, avec des yeux proportionnellement grands avec des pupilles verticales.
Le museau est arrondi. Le corps est mince, recouvert d'écailles carénées, présentant 21 rangées au milieu du corps. La queue est indistincte.

La couleur de fond est brun orangé, avec une ligne vertébrale noire interrompue par des taches blanches, disposées régulièrement selon un schéma en échelle. Le ventre est blanc jaunâtre uniforme.
Les iris sont orange et marron, avec un dessin frappant en forme de V derrière les yeux, qui s'étend au-dessus des écailles pariétales.


Ce Dasypeltis ressemble beaucoup à Echis leucogaster, un vipéridés qui possède la même répartition.

C'est une espèce nocturne, active même les nuits pluvieuses.
Il y a peu d'informations sur son écologie au Maroc. 
Comme les autres espèces du genre, elle est oophage, c'est-à-dire qu'elle se nourrit exclusivement d'œufs d'oiseaux.
Les espèces de ce genre ne se nourrissent que pendant la saison de reproduction des oiseaux et peuvent survivre ensuite des mois sans se nourrir.

   Couleuvre d'Algérie    

   Hemorrhois algirus   

Cette couleuvre est assez commune au Maroc, elle ressemble énormément à Hemorrhois hippocrepis (la couleuvre fer-à-cheval) mais ne partagent pas la même répartition.

Il existe cependant une zone de contact où l'on peut retrouver les deux espèces ainsi qu'une sous-espèce (H. algirus intermedius) qui ressemble à une sorte de croisement entre ces deux espèces.

Ces espèces ne dépasse pas 120cm en général.
C'est une couleuvre très vive et rapide, qui chasse principalement la journée, mais qui peut aussi se rencontrer au crépuscule, recherchant activement ses proies, inspectant soigneusement le terrain et introduisant sa tête dans les refuges possibles de celles-ci.

Les jeunes individus se nourrissent principalement de sauriens (genres Tarentola, Hemidactylus, Podarcis, Psammodromus, Acanthodactylus, Chalcides, Hyalosaurus, etc.), en grandissant, ils capturent également les micromammifères, tandis que les adultes consomment presque exclusivement des proies à sang chaud, principalement des mammifères (genres Rattus, Apodemus, Mus, Suncus, etc.), mais ils se nourrissent aussi d'oiseaux (adultes et nids).

Il s'agit d'un grand scinque, avec des pattes relativement courtes.
Sa coloration de fond est marron clair sur lequel se trouvent de nombreuses bandes transversales orange et blanches.

Cette espèce est assez imposante, mesurant jusqu'à une petite quarantaine de centimètres, et possède une tête massive munie d'une puissante mâchoire.

Les mâles sont plus gros et plus grand que les femelles.


Ce lézard est un opportuniste,
il se nourrit autant d'insectes, escargots, jeunes rongeurs, lézards, ... mais il peut aussi manger des cadavres et des végétaux. 

   scinque Berber    

   Eumeces algeriensis   

   Couleuvre fouisseuse à diadème    

   Lytorhynchus diadema   

C'est un petit serpent d'une taille moyenne de 30 à 40 cm, atteignant un maximum de 45 cm pour les plus grands individus.

 L'écaille rostrale est la meilleure caractéristique de ce serpent ; très développée, elle est utilisée pour creuser le sable dans lequel elle va se cacher.

La couleur de fond est variable, allant de crème à orange et brun rougeâtre, bien que généralement de couleur sable. Il a une marque sombre sur la tête qui varie beaucoup d'un individu à l'autre ; il peut être circulaire, en forme de losange ou allongé.

C'est un serpent fouisseur qui cherche ces proies dans le sable.
 Les proies mentionnées sont des reptiles des genres Tarentola, Acanthodactylus, Mesalina, Psammodromus, Stenodactylus et Chalcides. Parfois, il capture aussi des petits mammifères et des arthropodes

   Macroprotodon brevis   

   Couleuvre à capuchon    

Tête courte, aplatie, yeux relativement petits, pupille ronde ou verticalement ovale et iris orange ou rougeâtre.

D'une taille maximale de 60cm, sa couleur de fond est gris/beige, qui a tendance à brunir lorsqu'il est actif.

Le dessin de la tête se caractérise par une sorte de capuche sombre, généralement assez fine (ne dépassant pas les yeux), mais parfois comme ici peut recouvrir entièrement la tête d'une couleur noire.


Cette couleuvre se nourrit principalement de lézards, mais aussi parfois de petits serpents, souvent nouveaux-nés, même de sa propre espèce.

Dans l'aspect et le comportement on peut facilement la comparer à nos coronelles européennes.

   Malpolon monspessulanus ( saharatlanticus )   

   Couleuvre de Montpellier    

 
 
 
 
 
 

C'est un serpent de grande taille et puissant, dont le mâle peut atteindre un peu plus de 2 m de longueur totale.
 

La tête est allongée et légèrement distincte du corps, avec une région pré et supraoculaire (les écailles avant et en dessus de l’œil) proéminente qui lui donne un aspect féroce. Il possède une dentition opisthoglyphe, c'est à dire que ces crochets à venin sont fixes mais placés en arrière de la mâchoire.

 La caractéristique la plus remarquable chez le mâle adulte est une zone sombre du dos appelée selle. Le reste du corps est uniformément verdâtre, ocre ou brunâtre. Les mâles adultes de la sous-espèce saharatlanticus présentent une grande partie dorso-latérale noire couvrant la plus grande partie du dos, avec toutefois un point blanchâtre à chaque écaille dorsale.

Ce serpent est un prédateur opportuniste actif qui recherche les animaux les plus communs, généralement dans leurs refuges. Quand il les trouve, il les mord profondément et longuement pour inoculer son venin. Il les maintient par constriction jusqu'à ce que le venin agisse.
Le spectre alimentaire change en fonction de la taille du corps, mais il inclut aussi les proies qui se déplacent rapidement.
Au Maroc et au Sahara occidental, les juvéniles se nourrissent de petits animaux comme les scinques, les lézards ou les invertébrés tandis que les adultes capturent des oiseaux, des serpents, des mammifères et des grands lézards (y compris Uromastyx nigriventris).

   Natrix maura   

   Couleuvre vipérine    

Comme chez toutes les espèces du genre Natrix, les femelles sont habituellement plus grandes que les mâles : jusqu'à 90 cm pour les femelles et seulement 50 à 70 cm pour les mâles de couleuvres vipérines.

On la confond souvent avec les vipères à cause du zigzag dorsal, mais la pupille ronde et les grandes écailles recouvrant la tête de l'animal permettent de la différencier aisément de la Vipère aspic (Vipera aspis), espèce avec laquelle elle cohabite parfois (mais pas ici au Maroc ;) ).

L'alimentation des Couleuvres vipérines est constituée principalement de poissons; elles sont par conséquent d'excellentes nageuses. Elles ne dédaignent pas les amphibiens, qui peuvent, localement, être leur nourriture principale. Les proies sont avalées dans l'eau, à moins que leur taille soit trop importante.

Avec ce régime alimentaire, au Maroc, nous trouvons la couleuvre vipérine uniquement dans les oueds où elle trouve de la nourriture à profusion.

   Psammophis schokari   

   Couleuvre de Forsskal    

C'est un serpent avec une forme de corps nettement allongée et fine. Il atteint généralement une longueur d'environ 80-110 ou 120 cm pour les plus grands individus.
La coloration et la livrée sont très variables, des individus existants avec un dessin à rayures et d'autres individus avec un dessin lisse de différentes couleurs, établissant même certains motifs de couleur. En outre, normalement, la coloration de l'animal offre une très bonne capacité de camouflage dans l'environnement dans lequel il vit.
Ce serpent est principalement actif pendant la journée, bien qu'il semble montrer une activité crépusculaire et nocturne surtout pendant les mois les plus chauds. Avec ces mouvements extrêmement rapides, il peut être considéré comme l'ophidien le plus rapide du Maroc.
Opisthoglyphe, lorsqu'il attrape sa proie, il lui inocule son venin pour le paralyser et commencer le processus digestif. Si la proie est volumineuse, elle essaie généralement de la contrôler ou de l'immobiliser par une constriction.
Il se nourrit principalement de sauriens tels que les lézards du genre Acanthodactylus, les agamas, les geckos et les scinques.